Pourquoi j’aime les dividendes

Avant toute chose, précisons que je ne suis pas un investisseur en dividendes. En effet, les actions à forts dividendes ne représentent qu’une petite partie de mon portefeuille — mon but ici n’est donc pas de vous convaincre d’adopter cette stratégie. Cependant, je reconnais ses mérites. Pour plusieurs investisseurs, les dividendes sont une mine d’or inépuisable capable, plus que toute autre stratégie, de profiter des intérêts composés. Et, on le sait, les intérêts composés sont la 8e merveille du monde; Einstein l’a dit!

Je dois par contre l’admettre, bien que les dividendes ne soient pas au cœur de ma stratégie, j’ai pris goût à ces petits versements additionnels. Cette histoire d’amour a débuté pendant le krach de 2020 lorsque j’ai acheté un lot d’actions de la Banque Scotia (BNS) en pensant qu’elles étaient en rabais; lot que je conserve précieusement puisqu’il me verse 90$ par trimestre. En fait, dans le contexte de haute volatilité, je réserve une part de plus en plus grande dans mon portefeuille pour ce genre d’action.

Je n’entrerai pas dans le débat opposant «croissance», «valeur» et «dividendes». J’ai vu de nombreuses études se contredisant sur le sujet, chacune avec d’excellents arguments et je n’ai pas la prétention d’avoir la réponse. Mais surtout, comme l’investissement en dividendes est la stratégie privilégiée par ma conjointe, je ne veux pas risquer de devoir dormir sur le divan toute la semaine.

Je ne ferai pas non plus un article détaillé sur comment bien choisir ses actions de dividendes en expliquant les différents indicateurs et ratios pertinents. Si cela vous intéresse, je le garde pour un futur billet.

Qu’est-ce qu’un dividende?
Un dividende c’est un versement qu’une entreprise fait à ses actionnaires. Lorsqu’une entreprise réalise un revenu, plutôt que de le réinvestir pour sa croissance, elle peut le redonner à ses investisseurs. Généralement elle fait cela lorsqu’elle ne pense pas pouvoir utiliser cet argent pour atteindre une croissance plus importante que ce que l’investisseur pourrait faire lui-même avec ce montant. Par exemple, les 6 grandes banques canadiennes sont déjà tellement immenses qu’elles n’ont plus beaucoup d’espace pour grossir, elles préfèrent donc verser d’importants dividendes.

Pourquoi choisir cette stratégie?
Il y a plusieurs avantages à cette stratégie, les deux principaux étant surtout la sécurité et sa capacité à utiliser les intérêts composés pour faire un effet boule de neige.

La sécurité :
Puisque, en général, les sociétés offrant de bons dividendes sont très bien établies, elles ont une meilleure capacité à résister aux fluctuations du marché. Les banques, les compagnies d’assurance, les pétrolières, les compagnies d’énergie, les géants de l’alimentation et de la vente au détail ont tous survécu à de nombreux krachs boursiers. Et souvent, leurs liquidités sont tel qu’elles n’ont même pas réduit leurs versements de dividendes pendants les périodes plus difficiles.

De ce fait, le cours de leurs actions varie beaucoup moins que celui des compagnies plus spéculatives; mais surtout, elles continuent souvent de vous verser un revenu passif même pendant les crises. Ce sont d’excellentes actions défensives.

Pendant un krach, inutile de paniquer. Vous recevez toujours votre versement. Prenez alors vos dividendes et achetez plus d’actions en rabais pour avoir encore plus de dividendes! Ce type d’investisseur a parfois même tendance à aimer les corrections et les écrasements boursiers.

En contrepartie, ces actions offrent moins de possibilités de croissance. Si vous espérez un gain en capital semblable à ce qu’Amazon ou Tesla nous ont offert récemment, ce n’est pas une stratégie pour vous. On est plus du côté de la tortue que du lièvre ici.

Photo de Victoria Borodinova sur Pexels.com

La boule de neige :
Quand je compare cette stratégie avec la tortue de la fable de Lafontaine, ce n’est pas pour rien. Lentement mais sûrement. Si vous ne vous découragez pas par sa lenteur initiale, cette stratégie vous donnera une puissance incroyable à la fin. Mais, pour cela, il faut réinvestir les dividendes et profiter de l’effet boule de neige.


Illustrons cela avec un exemple simplifié, ne prenant en compte ni l’inflation ni les variations boursières.
Imaginons une action à 100 $ offrant 5 % de dividendes par année (5 $). Si j’en achète 100 pour 10 000 $, je recevrai des dividendes de 500 $ la 1re année. Ce qui me permet d’acheter 5 actions de plus.
Année 2 : Mes 105 actions me rapportent 525 $, j’achète donc encore 5 actions.
Année 5 : J’ai 121 actions me versant 605 $.
Année 10 : 154 actions me versant 770 $
Année 20 : 252 actions me versant 1 260 $
Année 30 : 410 actions me versant 2 050 $

Dans cet exemple simplifié, notre investissement de 10 000 $ fera boule de neige jusqu’à atteindre 43 000 $ et donnera un revenu annuel de 2 050 $.

Un exemple tiré de chiffres réels
La Banque Scotia (BNS) offre présentement des dividendes de 0,90 $ par trimestre, et les augmente de 3 % par année, son titre connaît une croissance moyenne d’environ 4 % par année. Supposons que j’investisse 10 000 $ aujourd’hui dans cette action et que, chaque trimestre, j’y réinvestisse entièrement les dividendes reçus, sans versement additionnel. Après 30 ans, j’aurai des dividendes de 1500 $ par trimestre (6000 $ par an) et une valeur totale de 100 000 $.

Si j’ajoute également des contributions supplémentaires de 500 $ par mois, cela fait un investissement total de 190 000 $. Mais j’aurai alors une valeur finale de 818 000 $ et des dividendes de 54 000 $ par an. Bien entendu, je ne recommande surtout pas de mettre tous ses œufs dans le même panier, c’était simplement pour donner un exemple appuyé sur des chiffres réels.

Photo de Andrea Piacquadio sur Pexels.com

La retraite
À la retraite, cette stratégie devient simplement magique. Elle offre un revenu garanti et peu sensible aux fluctuations du marché. Que demander de plus?

Surtout si vous avez sélectionné des compagnies qui, comme la Banque Scotia de l’exemple précédent, augmentent annuellement leurs dividendes de plus de 2 % (soit l’inflation moyenne). Cela ferait que vos revenus passifs augmenteraient plus rapidement que le coût de la vie. Bref : même si vous vivez de vos dividendes, vous pouvez continuer de vous enrichir et d’investir la différence. La boule de neige continue même après avoir quitté le marché du travail.

En comparaison, si vous avez un portefeuille de croissance — ne donnant que peu ou pas de dividendes — comme vos revenus passifs seront faibles, vous allez devoir vendre des actions pour subvenir à vos besoins. Si la croissance surpasse vos dépenses, vous continuez quand même à vous enrichir, cependant il y a toujours un risque que vous soyez forcés de vendre au mauvais moment en assumant de grosses pertes pouvant affecter vos rendements futurs. C’est pourquoi on recommande généralement les actions à dividendes pour les retraités.

La richesse générationnelle :
Une conséquence de ce que j’expliquais à la section précédente est que, avec un portefeuille de dividendes, on laisse plus de richesses à ses descendants. Comme j’ai pu vivre de mes dividendes à la retraite sans toucher à mon capital (contrairement à un portefeuille de croissance dans lequel j’ai dû vendre des actions), je laisse beaucoup plus d’actions en héritage à mes enfants. La boule de neige peut ainsi continuer de génération en génération. Les intérêts composés sont déjà impressionnants sur 30 ans : imaginez donc sur 50, 100 ans ou 200 ans. Et ça, c’est la raison principale pour laquelle j’aime cette stratégie.

Si vous faites cela, assurez-vous par contre de donner une excellente éducation financière à vos enfants. On ne voudrait pas que vos héritiers dilapident cette fortune en quelques années.

Les risques :
Bien que cette stratégie soit souvent plus sécuritaire qu’une stratégie de croissance, elle n’est pas non plus sans risque. Il est donc important, comme toujours, de faire preuve de diligence et de s’assurer de la santé financière d’une compagnie avant d’y investir. De gros dividendes n’est pas synonyme de santé financière et on voit parfois des compagnies s’endetter afin de pouvoir poursuivre le versement de ses dividendes. Il y a d’autres risque également mais je garde cette question pour mon éventuel billet ce les choses à considérer lorsqu’on choisi une action à forts dividendes.

Les dividendes dans mon portefeuille :
Pour finir, je vous laisse jeter un coup d’œil aux dividendes dans mon portefeuille. Rien de très impressionnant, car ce n’est pas la stratégie que je vise, mais je désire être totalement transparent.

TickerQuantitéYieldDividendesversement/an$/an
Actions
IAG453,0 %$0,494$88,20
BNS1005,0 %$0,904$360,00
MFC304,5 %$0,254$30,00
POW305.7 %$0,454$53.70
FNB
HGRO6701,3 %$0,171$113,90
XGRO2002,7 %$0,174$136,00
XIC1052,6 %$0,194$79,80
XIU1102,9 %$0,204$88,00
XEI4004,6 %$0,0812$384,00
ZWC1007,8 %$0,1112$132,00
REIT
NWH.UN506,4 %0,0712$42,00
Total$1 504,76

J’en profite également pour saluer la Frugaliste Futée. Une membre fantastique de la communauté FIRE qui aime particulièrement cette stratégie et qui fut mon inspiration pour ce billet.

2 commentaires sur « Pourquoi j’aime les dividendes »

  1. Salut!

    Je vois que tu as investi dans 2 FNB versant des dividendes canadiennes : XEI et ZWC.
    Pendant que je suis en croissance, je suis principalement avec XEQT et HGRO, mais je me dis que je pourrais peut-être ensuite acheter des parts de ces FNB, à l’approche de « la retraite ». C’est moins sécuritaire que dans le marché obligataire, mais ça me semble être une belle transition entre le 100% action et une répartition moins risquée.

    Merci pour cet article, à bientôt! ✌

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :