Bilan mensuel – Mars 2021

Un autre mois de terminé, un autre bilan.
Mars fut un mois extraordinaire au niveau de nos finances. Comme toujours, je vous présente les événements marquants avant de dévoiler les chiffres.


3 paies
Ma conjointe et moi recevons tous deux notre paie aux deux semaines. Or, comme il y a 26 semaines dans l’année, mais seulement 12 mois, il y a donc 2 mois dans l’année où nous recevons 3 paies plutôt que les 2 habituelles. Mars fut l’un d’entre eux; septembre sera l’autre. Par contre, nos dépenses mensuelles récurrentes (électricité, téléphones, internet, assurances) restent les mêmes. 50 % plus de revenus pour environ les mêmes dépenses : on aime ça.

Un dédommagement pour Phénix
Notre syndicat est parvenu à négocier un dédommagement de 2500 $ pour les dommages moraux et le stress causés par le système de paie Phénix. Malgré que nous attendons toujours la décision de l’Agence du Revenu du Canada pour déterminer si ce montant sera imposable, l’employeur a décidé de verser cette somme le 3 mars 2020 en prélevant l’impôt. Tout comme la rétroaction salariale du mois passé, ce dédommagement a été versé sur le même chèque que notre paie régulière de sorte que l’impôt prélevé est loin au-dessus de mon taux d’imposition moyen.

Au final, cela me donne 1465,29 $ net que j’accepte avec plaisir. Mais, 41 % d’imposition, alors que mon taux d’imposition marginal devrait être de 37,12 %, j’ai un peu de misère avec cela.

Le remboursement d’impôt
En raison de nombreux placements dans mon REER, j’ai eu droit à un bon remboursement d’impôt. De son côté, ma conjointe, qui avait reçu 3 mois de PCU, a dû rembourser un petit montant. Une fois tout cela calculé, on a un retour total de 3972,63 $ que nous avons immédiatement placé dans le REER dès la réception.

Une promotion?
Comme je vous l’écrivais en janvier, j’occupe présentement un poste intérimaire pour quelques mois. J’ai par contre postulé dans le processus pour en faire mon nouveau poste d’attache. Je viens de recevoir la confirmation de ma réussite au dernier examen, ma candidature est donc retenue au bassin. On se croise les doigts, avec un peu de chance cette promotion deviendra permanente plutôt que temporaire.

Côté dépenses :
Ce ne fut pas notre meilleur mois. Nous avons dépassé notre budget dans quelques catégories (restaurant, épicerie et shopping) et avons profité de nos rentrées d’argent supplémentaires pour faire un paiement d’avance pour nos taxes municipales. Au final, notre budget a été dépassé de 560$.

Et la bourse
Je n’ai fait aucun changement dans ma stratégie ce mois-ci. Mon virement plus défensif en janvier m’a protégé des grandes fluctuations de mars de je termine le mois en dépassant mon indice de référence (TSX composite). Mon rendement depuis le début de l’année a également franchi la barre du 10 %, je ne pourrais pas être plus satisfait considérant que je vise 9 % par année.

Taux d’épargne :

Je rappelle la formule : Te = (E + P + C + H) ÷ (R + P + C)
E : Épargne (CELI, REER, etc.) = 8 124 $
P : contributions de l’employeur au régime de retraite = 825,12 $
C : mes cotisations au régime de retraite = 825,12 $
H : capital remboursé sur hypothèque = 624,01 $
R : Revenus, soit nos 2 salaires nets (4845,93 $ + 2629,69 $), le dédommagement pour Phénix (1465,29 $), les remboursements d’impôt (3972,63 $), l’allocation canadienne pour enfants (689,58 $) et un cadeau d’anniversaire en argent (100 $) = 13 709,12 $

TE : Taux d’épargne = 67,7 %
Taux d’épargne depuis le début de l’année : 70,2 %
On est donc toujours au-dessus de notre objectif de 60 %.

Valeur nette
À la fin de février, nous avions une valeur nette de 194 479 $.
Le mois de mars nous a offert d’excellents revenus et de bons rendements boursiers; cependant la valeur de transfert de mon fonds de pension a continué de fondre. Nous terminons le mois avec une valeur nette de 202 355 $, soit une croissance de tout près de 7 900 $.

En conclusion
On ne se le cachera pas, mars fut extraordinaire et nous ne pensons pas revoir de tels revenus de si tôt. Les astres étaient alignés : 3 paies, le remboursement d’impôt et le dédommagement pour Phénix. Tout cela combiné nous a permis d’avoir le double de nos revenus habituels et, malgré une augmentation de nos dépenses, nous sommes parvenu à investir le triple de notre objectif mensuel.

Dans mon compte d’investissement j’ai maintenant atteint mon nombre « coast-FI »; c’est-à-dire que même si je cessais d’investir, les rendements sur le long terme devraient me permettre d’atteindre mes objectifs pour la retraite (65 ans). Cependant, je ne diminuerai pas immédiatement mon taux d’investissement puisque : 1) ma conjointe n’a pas encore atteint ce nombre, 2) je veux plus de sécurité et ne pas me contenter du minimum et 3) je veux prendre ma retraite avant 65 ans. Et, comme toujours, je n’inclue pas ma pension dans mes prévisions pour la retraite car je ne veux pas que ma sécurité financière ne dépende de l’employeur. Il est vraiment libérateur de savoir que, s’il m’en prenait l’envie, je pourrais me permettre de changer d’emploi.

Un avis sur « Bilan mensuel – Mars 2021 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :