Le Bitcoin : conversation avec les caniches millionnaires.

Il y a quelques semaines, dans notre groupe des Caniches Millionnaires, Simple millionnaire et moi avons eu une bonne conversation sur les Bitcoins. Plutôt que de vous faire un article détaillé sur le sujet, je vous propose simplement un résumé de cette conversation.

Une petite note à propos des caniches, c’est le nom d’une conversation privée sur Facebook créée par Simple Millionnaire pour rassembler ses amis intéressés par l’investissement. L’une des beautés de ce groupe est que nous ne partageons pas les mêmes intérêts et stratégies de sorte que c’est un magnifique véhicule d’échange et d’apprentissage. Je pense que, n’eût été ce groupe, jamais je n’aurais osé investir dans les bitcoins.

Pour revenir à nos moutons caniches, la conversation que je veux vous relater a commencé lorsqu’un autre caniche (AC) affirmait, probablement à la blague : «Bitcoin 100 k$ bientôt».

Notons que j’ai édité la conversation pour la rendre plus lisible, mais je crois avoir bien respecté le ton et les propos de chacun.

Simple Millionnaire (SM), s’adressant à AC : «Toi qui connais les bitcoins… qu’est-ce qui fait monter ou baisser le cours? »

AC : L’offre et la demande.

SM : Et l’offre de bitcoin c’est quoi? Il offre quoi? C’est quoi leur service ou leur produit?

AC : Une alternative au cash.

SM : Une soi-disant alternative à une monnaie? C’est tout? Il y a plus de 150 monnaies différentes dans le monde…

AC : Le blockchain est le système en arrière de tout ça qui va révolutionner la tech.

SM : Quelles sont les «features» de plus que cette monnaie possède que les autres monnaies n’ont pas?

AC : Encrypted. J’en sais autant que toi.

SM : Et ça donne quoi comme avantage et comment ça se traduit sur le cours de la cryptomonnaie?

AC : Un autre type de monnaie et de diversification. Une devise qui se transige comme une commodité, comme l’or.
Tu dois être en dîner, manges ton lunch and enjoy the markets.
Mange une salade verte.

— C’est rendu à ce stade de la conversation que je me connecte au groupe et décide de sauter dans la mêlée. —

Moi : De ce que je comprends, le gros avantage des cryptomonnaies par rapport aux monnaies traditionnelles est la protection des informations personnelles. Après plusieurs scandales, une bonne partie du grand public n’a plus confiance aux banques et les cryptomonnaies peuvent prendre cet espace. Elle ne risque pas non plus une dilution si le gouvernement fait fonctionner la planche à billets.

SM : Qui contrôle et légifère cela?

Moi : Dans le cas des bitcoins, il y en a une quantité limitée, et c’est sécurisé par le blockchain pour en garantir l’authenticité. Donc impossible d’en créer de nouveaux une fois qu’ils sont tous «minés». C’est la beauté de la chose. Ils ne sont pas légiférés par une banque ou un gouvernement, mais garantis par leur propre technologie.

SM : 21 millions de bitcoins maximums. Garantie par une technologie, pas de règles…

Moi : Il y a des règles, c’est au cœur de la programmation des blockchains. Ce qui, de mon humble avis, est plus sécuritaire que les règles arbitraires des banques et du gouvernement.
Je ne peux pas croire que je suis en train de défendre les bitcoins…

SM : Et quelles sont ses règles? Si cela résulte de programmation, qui peut les déprogrammer?
Je pense que tu es plus en train de réfléchir que de les défendre…

Moi : Honnêtement, je ne m’y connais pas assez en programmation pour savoir s’il est possible de modifier la programmation sans affecter l’authenticité et la valeur du bitcoin. Disons que je suis très sceptique envers cette monnaie, mais que je comprends son attrait. D’où mon investissement très limité. Je ne connais simplement pas assez cet espace pour mettre plus.

C’est pas mal à ce point que la conversation a pris fin; tout le monde a mis un «pouce en l’air» et nous sommes passé à un autre sujet.

Cela m’a fait penser à mes cours de philosophie du CÉGEP. Ici, Simple Millionnaire jouait le rôle de Socrate en posant de bonnes questions pour guider nos réflexions et, finalement, nous faire réaliser notre ignorance. Et voilà le malaise, nous avons tous les trois investi dans ce produit malgré notre connaissance très limitée et il est certain que nous ne sommes pas les seuls à avoir fait ainsi.

Depuis cette conversation, j’ai étudié un peu plus la question. Je comprends mieux comment fonctionne le «hash» pour vérifier l’authenticité des bitcoins. Et je constate également que c’est assez bien défendu et difficile à pirater. En effet, chaque transaction inscrite au registre est examinée par des milliers d’ordinateurs pour en valider l’authenticité de sorte qu’il est presque impossible de créer de faux bitcoins. Il semble nettement plus long et difficile de les pirater que de les miner, ce qui, au stade actuel, rend le piratage peu intéressant. Mais la situation pourrait changer une fois qu’ils auront tous été minés ou que de nouvelles technologies de piratage se développent.

Lors d’une autre conversation téléphonique avec Simple Millionnaire, lui et moi avons également remis en question la pertinence de cette monnaie pour le grand public. Si en effet son intérêt majeur vient du cryptage et de l’anonymat qu’il offre, nous pouvons douter de son avantage (autre que spéculatif) pour le grand public. Par contre, pour le crime organisé (pensons au Dark Web et au site The Silk Road) il est fort avantageux. En contrepartie, je lui rappelais le scandale des fuites de données chez Desjardins et d’autres banques, la perte de confiance du public envers les institutions financières, mais aussi les craintes envers la dévaluation de la monnaie suite aux mesures économiques prises dans le cadre de la crise sanitaire. Et je maintiens que, en raison de cette perte de confiance, le Bitcoin peut être intéressant pour le grand public et pas uniquement pour les criminels.

Finalement, puisque c’est une ressource limitée, encore peu liquide et offrant une protection contre l’inflation, je comprends qu’on le compare à l’or. Ça ressemble plus à une valeur refuge qu’à une monnaie, mais en étant beaucoup trop volatile pour cela. Pour l’instant, cela reste un investissement très spéculatif à mes yeux.

Bref, je demeure sceptique, je continue de suivre les nouvelles et j’ose espérer une forte hausse. Je réserve habituellement 5 % de mon portefeuille pour des titres plus spéculatifs, un montant que je suis prêt à perdre. Mon investissement en bitcoins fait partie de cela et représente présentement 4 % de mes investissements totaux.

Je sais que c’est un sujet chaud et j’aimerais aussi vous entendre, alors n’hésitez pas à donner votre opinion ou à partager vos connaissances sur les cryptomonnaies en commentaire.

3 commentaires sur « Le Bitcoin : conversation avec les caniches millionnaires. »

  1. Un bon billet sur le Bitcoin! Je me trompe ou il en ressort que nous en savons encore peu sur cette nouvelle monnaie? 🙂 Je suis certaine que le Bitcoin peut atteindre 100.000$ l’unité… Mais je le vois aussi à 20.000$! Le temps nous le dira. Pour l’instant je reste en marge, j’essaie de tenir bon et d’allouer 0% de mon portefeuille à la spéculation – style Benjamin Graham! Mais je dois avouer que ca commence à devenir difficile de résister avec tous vos bons articles sur le sujet. Votre groupe a l’air super intéressant… À bientôt petit caniche! 😀

    Aimé par 1 personne

    1. Il n’y a pas de mal à cela. Nous n’avons pas tous la même tolérance au risque et l’important est d’être à l’aise avec sa stratégie.

      Mais, si on ne prend pas de risque, on ne peut pas espérer de gros profits. La sécurité a un coût.
      C’est pourquoi je me permet un 5% de spéculation: si ça plante, je ne perds pas trop; et si ça marche, le profit peut être très intéressant.

      J'aime

  2. L’idée de placer quelques pourcentages de mon portefeuille dans des placements spéculatifs, ça me trotte de plus en plus en tête. Faut dire qu’avec un portefeuille qui gonfle doucement, et avec des voisins, des amis et des collègues qui possèdent quelques positions distinctes, que ce soit avec des titres individuels ou bien avec le BTC, l’ETH, etc., je me lance!

    Je viens d’acheter l’équivalent de 150$ de BTC. Ça représente ici 0,1 % de mon portefeuille, c’est très sage, vous me direz. Le mois prochain, je doublerai ma position. Et on verra où ça me mènera. ✌️

    À+

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :