La carte de crédit – les pièges de pauvreté #2

Vous le savez, je suis allergique aux dettes. Je déteste viscéralement l’idée de devoir de l’argent à autrui, de sorte que je n’ai aucune dette à l’exception de l’hypothèque sur notre condo. Ma méfiance envers les cartes de crédit ne devrait donc pas vous surprendre. Par contre, ce n’est pas tout noir ou tout blanc. Bien que je m’en méfie, j’en possède une et je reconnais son utilité. Disons que je la vois comme un mal nécessaire.

Cependant, pour certains, les cartes de crédit sont un véritable enfer les enlisant dans un cycle de dettes; et c’est pourquoi j’inclurai ce billet dans ma série sur les pièges de la pauvreté.

Avant de sauter dans le vif du sujet, je veux présenter quelques statistiques concernant la carte de crédit.

Quelques chiffres :

Selon Statistique Canada, en 2019, le solde moyen sur les cartes de crédit était de 4000 $. Aux États-Unis, il était plutôt de 6194 $ selon cet article.

Ajoutons à cela que le taux d’intérêt moyen est de 20,26 %.

Seulement 45 % des Américains paient leur carte en entier chaque mois alors que 21 % affirment ne jamais la payer en entier. Pire encore, chez les millénariaux, dont je fais partie, seulement 13 % la paient toujours en entier. Ça fait peur!

Alors, prenons le solde moyen de 4000 $ et multiplions-le par le taux d’intérêt moyen de 20,26 % et nous voyons qu’en moyenne, nous payons 810 $ d’intérêts par année! Mais, gardons en tête que cela inclut ceux qui font toujours le paiement complet, ce qui fait diminuer la moyenne.

Plus de 800 $ par année perdu en intérêts, c’est vraiment trop!

Le problème
Pour moi, le plus grand problème avec la carte de crédit est la facilité avec laquelle elle nous permet d’acheter des choses qui ne rentrent pas dans notre budget et, ensuite, nous charge des intérêts pour cela.

Si vous n’avez pas les moyens de payer une chose, vous n’avez certainement pas les moyens de payer des intérêts sur cette chose.

Mais, regardons les 2 côtés de la médaille, cette facilité d’achat peut aussi nous sortir de la misère en cas d’urgence. Vous n’avez pas les moyens de payer le taxi pour un important rendez-vous médical ou à une entrevue pour un emploi? Il est possible que le coût des intérêts soit moins grave que celui de manquer le rendez-vous.

J’aime donc voir la carte de crédit comme une lame à double tranchant.

Des coûts exorbitants : ou comment payer 2 fois pour la même erreur
Mais c’est encore plus pervers que cela, car les coûts sont plus importants que ces seuls intérêts.

Chaque dollar payé inutilement en intérêt est un dollar que vous ne pouvez pas investir. À titre d’exemple : 800 $ par année investie pendant 35 ans à 9 % c’est 188 000 $. Bref, la personne qui laisse traiter un solde de 4000 $ sur sa carte de crédit pendant 35 ans, plutôt que de l’investir, a non seulement payé 28 000 $ en intérêts, mais s’est également privée de 188 000 $ en investissement. Le coût d’opportunité est énorme.

Paiement minimum et protection du consommateur

Sachez que si on ne fait que les paiements minimums, on tombe alors dans l’horreur et je comprends bien pourquoi le gouvernement a dû intervenir en mai 2019 sur les paiements minimums. Depuis cette modification à la loi, le paiement minimum augmente de 0,5 % du solde par an jusqu’en 2025 où il sera de 5 %.

Je vais utiliser l’outil de l’Office de la protection du consommateur pour illustrer les conséquences lorsqu’on ne fait que les paiements minimaux. Reprenons les chiffres moyens identifiés précédemment : 4000 $ de balance et 20,26 % d’intérêt.

Revenons en 2019 avant cette modification à la loi, alors que le paiement minimum était de 2 % du solde. En ne faisant que les paiements minimum, il aurait alors fallu 64 ans et 10 mois pour rembourser ce 4000 $ et le total payé serait que 23 570 $. Et, bien entendu, ça, c’est à condition de ne pas faire de nouveaux achats sur cette carte.

Depuis le 1er août 2021, le paiement minimum est passé à 3 %. il faudrait alors 19 ans et 10 mois pour faire le remboursement et le total payé s’élèvera à 8 880 $. C’est une énorme amélioration! Remarquons cependant que le total des intérêts dépasse encore la valeur du solde initial. Bref, si vous ne faites que les paiements minimaux, vous doubler le coût de vos achats.

Et, en 2025, lorsque le paiement minimum aura atteint 5 % il ne faudra plus que 9 ans et 6 mois et le total payé sera de 5983 $.

Bref, cette mesure sera d’une aide précieuse pour ceux qui ont de la difficulté à gérer leurs cartes.

Les programmes de récompenses :
Votre carte de crédit vous donne des points lorsque vous l’utilisez? Ne soyez pas dupe, ce n’est pas un cadeau. Votre institution bancaire fait cela pour vous inciter à l’utiliser au maximum et ainsi augmenter les chances que vous finissiez par payer des intérêts.

Regardons un exemple. La carte de crédit que j’utilise donne 1,5 % de remise en argent sur l’épicerie et les achats en ligne (soit mes principales dépenses non hypothécaires) et 1 % sur mes autres achats, cependant le taux d’intérêt est de 20,99 %.

Or, 20,99 % par année, c’est 1,6 % par mois ([1,209 9^[1/12]]-1). Voilà où ils font leur argent! Non seulement leur taux mensuel (1,6 %) est plus élevé que la récompense offerte (1,5 %), mais il s’applique sur la totalité du solde et non seulement sur les «nouveaux achats admissibles».

Bref, si j’avais déjà un solde de 1000 $ sur ma carte et que j’ajoute 1000 $ en épicerie ce mois-ci, je recevrais 15 $ de remise, mais paierais 32 $ en intérêt si je ne fais pas le paiement complet. Ne soyons pas dupes, cette carte n’est pas un cadeau si on laisse traîner un solde. Même chose pour les cartes qui offrent des voyages, des billets de cinéma ou autres babioles, ils vous sont offerts simplement parce que c’est rentable pour la compagnie de crédit.

Sérieusement, contrairement à ce que certaines de ces compagnies veulent vous faire croire : ce n’est pas une forme de revenu passif. Vous devez nécessairement dépenser plus que ça vous rapporte et c’est donc une dépense. Au mieux, ça permet une légère réduction de vos dépenses, mais ce n’est certainement pas un revenu.

Par contre, il est vrai que si vous faites partie de la minorité qui paie toujours l’entièreté de leur carte chaque mois sans exception, ces programmes peuvent être avantageux. Faites simplement attention de ne pas tomber dans le panneau et de ne jamais laisser traîner un solde.

Conclusion — Riche et Pauvre — payant pour l’un, dévastatrice pour l’autre

Et voilà où l’on rentre dans le piège de la pauvreté.

Une personne avec un faible salaire, ou même avec un bon salaire, mais qui ne fait pas de budget risque fortement de manquer certains paiements et de payer une fortune en intérêts mois après mois. Pour elle, la carte de crédit ne fait que l’enfoncer un peu plus dans la pauvreté. Comme je le disais plus haut : «Si vous n’avez pas les moyens de payer une chose, vous n’avez certainement pas les moyens de payer des intérêts dessus.»

Pour une personne plus riche ou mieux organisée, la carte de crédit est, au contraire, un petit aide à l’enrichissement. Que ce soit simplement en continuant de récolter des intérêts entre l’achat d’une chose et son paiement, ou encore grâce à un programme de récompense, la carte de crédit peut contribuer légèrement à votre enrichissement. Par exemple, j’ai ma nouvelle carte de crédit depuis avril, comme tous mes paiements ont été faits à temps je n’ai payé aucun intérêt; et, en 4 mois, elle m’a déjà redonné quelques 110 $ en remise. Ce n’est pas grand-chose, mais je le prends avec plaisir.

Personnellement, j’évite d’utiliser ma carte de crédit autant que possible et je n’achète jamais une chose à moins d’avoir déjà l’argent nécessaire dans mon compte. La carte de crédit n’est donc jamais pour moi une forme de financement. Au contraire, je l’utilise essentiellement pour les achats en ligne et pour l’épicerie en raison de la facilité et des remises qu’elle offre.

Je sais que certains adorent et peuvent avoir une opinion très différente de la mienne (surtout lorsqu’on parle des programmes de récompenses) alors n’hésitez pas à partager votre point de vue.

Un avis sur « La carte de crédit – les pièges de pauvreté #2 »

  1. Article très intéressant Objectif IF! C’est vrai que les Cartes de Crédit sont une lame à double tranchant. Si une personne a tendance à garder un solde sur sa carte, il est définitivement mieux de s’en débarrasser! Les taux d’intérêt exorbitants n’en valent pas la peine. Mais si on sait s’en servir… Wow. Les récompenses sont très bien. La protection contre le vol et la fraude est encore mieux. Perso, j’ai 4 cartes de crédit et je regarde pour une 5e… Mais je suis plutôt de l’autre côté de la médaille 😀

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :