Couple et Argent : Comment partageons-nous nos dépenses?

Je viens de tomber sur cet article de La Presse exposant la manière inéquitable dont un couple ayant des revenus différents se partage les charges et les dépenses. Dans leur cas, cela crée un rapport de force très important, notamment puisque « Gervaise » n’est aucunement propriétaire de la maison et qu’elle paie sa part pour un véhicule de 70 000$ qu’elle n’utilise presque pas.

Ce m’amène donc à questionner la manière dont ma conjointe et moi nous séparons les dépenses afin de voir si c’est équitable.

Notre Situation:

Revenu:

Tout comme le couple présenté dans l’article, il y a une importante différence entre les revenus de ma conjointe et les miens.

Mon salaire brut est de 70 622$ par année. Par contre, une fois les impôts et les différentes cotisations enlevés, il me reste environ 41 000$ net.

Ma conjointe gagne plutôt 38 000$ brut par an; ou 30 500$ net.

À cela, nous devons ajouter l’Allocation Canadienne pour Enfant (ACE) de 656$ par mois, et l’Allocation famille du Québec de 933$ par trimestre. Ce qui nous donne environ 11 500$ net de plus.

La différence entre les revenus de ma conjointe et les miens est donc plus importante que celle présentée dans l’article.

Alors, comment nous partageons nous les dépenses?

Habitation:

L’un des problèmes du couple présenté dans l’article est que seul l’un des deux était propriétaire de leur maison, ce qui cause un important déséquilibre.

Dans notre cas, pour éviter ce piège, nous sommes propriétaires à parts égales et payons donc chacun le même montant. On évite ainsi un déséquilibre ou un rapport de force sur cet aspect.

Enfants et autres dépenses :

Nous fonctionnons de la même manière pour les autres dépenses. Autant pour les enfants, que pour l’épicerie, ou les frais de santé, toutes les dépenses communes sont divisées également. Nous avons un compte conjoint spécialement pour cela auquel nous contribuons également.

Par contre, nous avons chacun notre compte personnel pour les dépenses discrétionnaires individuelles. Ainsi, je ne demande pas à ma conjointe de payer une partie de mes complets et elle ne me demande pas de payer ses bijoux.

Cela peut sembler injuste. En raison de mon meilleur revenu, on pourrait s’attendre à ce que l’on divise au prorata et que je paie donc une partie plus importante. Nous y avons pensé, mais ce ne fut pas l’option retenue; j’y reviendrai.

Totale transparence:

L’un des éléments dont je suis le plus fier à propos de la manière dont nous nous sommes organisés est notre complète transparence au niveau des dépenses.

Nos avons joints nos comptes respectifs sur un outil de suivi des dépenses (Mint) et nous avons tous deux le mot de passe, de sorte que chacun peut voir les dépenses de l’autre. De plus, nous faisons nos bilans mensuels ensemble. Nous avons vu beaucoup trop de couples au bord de l’éclatement en raison d’un manque de transparence ou de problème d’argent que l’un des conjoints cachait à l’autre.

Je me permets d’apporter une précision: cette transparence n’implique pas un contrôle. Bien que nous voyons chacun ce que l’autre dépense, nous ne nous permettons pas non plus d’exercer un contrôle. Par exemple, si, comme en novembre dernier, ma conjointe veut s’acheter des bijoux qui ne rentrent pas dans notre budget: je la laisse faire. C’est son argent, elle en fait ce qu’elle veut. Je lui fais confiance et je sais que nous allons atteindre nos objectifs sur le long terme. Et l’inverse est aussi vrai. Au pire, si nous constatons de nombreux écarts répétés au budget, nous en discutons ouvertement pour trouver une solution ou modifier le budget.

Plus important encore, ces discussions sont généralement faites dans notre salon, devant les enfants. Ils ne comprennent peut-être pas tout, mais au moins ils s’habituent à entendre parler d’argent, de budget et d’investissement. Et, parfois ils nous surprennent avec de bonnes questions. Notre objectif avec cela est qu’ils apprennent que l’argent ne doit pas être un sujet tabou et qu’il est important d’en discuter ouvertement dans un couple.

Notre Solution

Donc, tel que mentionné ci-dessus, mon salaire annuel net est de 41 000$ par an alors que celui de ma conjointe est de 30 500$; pourtant, nous partageons les dépenses 50/50.

Puisque je gagne 57% du salaire familial net, ne devrais-je pas assumer une partie plus importante des dépenses?

En fait, nous avons décidé de prendre le problème dans l’autre sens. Plutôt que d’équilibrer nos dépenses, nous avons plutôt décidé d’équilibrer nos revenus.

Et pour cela, ma conjointe garde toutes les allocations familiales. Si on ajoute ce 11 500$ à son revenu net, elle obtient un total de 42 000$. Nous sommes donc très près d’un partage 50-50.

Est-ce parfait?

Bien que cela semble équitable comme cela, il reste une lacune majeure à cet arrangement. J’ai accès à un bon régime de retraite, auquel je cotise à chaque paie et cela crée un important déséquilibre.

En effet, même si nous avons les mêmes revenus nets chaque mois, et que nous investissions exactement le même montant dans nos placements, je me retrouve encore avantagé puisque j’aurai des revenus nettement supérieurs à ceux de ma conjointe une fois à la retraite.

Pour être plus équitable, il nous faudrait donc probablement revoir notre arrangement en prenant en considération que ma conjointe a des besoins d’épargne plus importants que les miens. Mais, en faisant cela, on créerait un déséquilibre au niveau de nos capacités respectives à contribuer aux dépenses.

En conclusion:

Je ne crois pas qu’il y a de solution parfaite. Dans notre cas, nous avons choisi de diviser également nos dépenses et de trouver un moyen d’égaliser nos revenus nets (donc notre capacité à assumer ces dépenses). Cependant, cela crée un déséquilibre au niveau de l’épargne et de la préparation à la retraite. Procéder autrement impliquerait qu’on ait des revenus nets différents et il deviendrait alors plus difficile de diviser les dépenses.

Il faut donc faire des compromis et le nôtre nous convient pour l’instant. Cependant, nous sommes ouverts à le revoir si notre situation change.

Je crois vraiment de l’important ici est d’avoir une discussion franche et ouverte dans le couple pour s’assurer qu’aucun parti ne se sente lésé et de trouver des compromis acceptables pour chacun. Je crois aussi qu’il est d’une importance capitale d’éviter de créer un rapport de force entre les conjoints ou une situation de dépendance financière.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :