Keurig, Gillette et Canon : l’enfermement propriétaire :

S’il y a modèle d’affaire que je déteste particulièrement c’est celui de «l’enfermement propriétaire». Soit celui où une compagnie crée un produit conçu afin d’être incompatible avec toute concurrence, gardant ainsi sa clientèle captive.

L’exemple le plus connu de cette stratégie est probablement celui des machines à café fonctionnant par dosettes, comme Keurig et Nespresso, qui forcent le client à n’acheter que des dosettes de cette compagnie. Mais ce n’est pas les seul exemple possible.

Aujourd’hui, je propose de regarder ce phénomène un peu plus en profondeur dans 3 domaines en particulier : les dosettes de café, les lames de rasoir et les cartouches d’encre pour imprimantes.

L’exemple de Keurig :

Keurig à lancé ses fameuses dosettes K-cup en 1998. Puisque ce système était protégé par de nombreux brevets, cette compagnie avait un contrôle complet sur l’offre de dosettes compatibles ayant ainsi un «monopole de fait».

Or, puisque le prix est dicté par l’offre et la demande, et que Keurig a un monopole sur l’offre, cette compagnie pouvait hausser considérablement ses prix.

Ce brevet a finalement expiré en 2012 — permettant à des compagnies concurrentes de se lancer dans la production de dosettes compatibles. Inutile de vous dire que les profits de Keurig ont fondu.

Et la réponse de Keurig? En 2014 ils ont lancé la Keurig 2.0, un nouveau modèle offrant plus de possibilités au consommateur (comme l’option de choisir entre des tasses de gros ou de petit format). Par contre, ce qu’ils ont moins publicisé est le fait que cette machine contenait également une puce électronique scannant la présence d’une marque particulière servant à identifier les dosettes officielles et refuser celle des tierces parties. Et, bien sûr, cette machine 2.0 refusait les dosettes réutilisables.

Disons que la réponse des consommateurs a été très négative. Frustrés de ne pas pouvoir utiliser leurs anciennes dosettes, ils sont inondés Keurig d’évaluation négative qui ont ébranlé la compagnie.

Aujourd’hui, plusieurs tierces parties sont parvenues à développer des dosettes compatibles de sorte que ce «monopole de fait» s’effrite de plus en plus.

Et pour le consommateur?

Sur le site officiel de Keurig, le prix moyen des dosettes est présentement de 18,99 $ pour une boîte de 24 — ce qui revient à 0,79 $ par café. La majorité des k-cup contiennent entre 9 et 11 grammes café, je vais donc arrondir à 10 g pour le calcul. Votre café coûte donc 0,08 $ par gramme.

En comparaison, à mon épicerie je peux acheter un bon café en grain de la Brûlerie Mont-Royal à 19,99 $ pour 750 g, soit 0,03 $ par gramme.

Autrement dit : Keurig vous vend son café le triple du prix!

Mais il y a pire que Keurig, vraiment pire : Nespresso (Nestlé)!
Sur leur site internet, les dosettes sont présentement affichées à 0,83 $ et elles contiennent 5 g. C’est donc : 0,17 $ par gramme. Plus du double de Keurig! En fait, on peut trouver du Blue Mountain, un café réputé pour son coût très élevé, pour le même prix.

Et pourtant, à chaque fois que je vais au centre d’achat je vois une file devant la boutique Nespresso. Il faut croire que George Clooney est un bon vendeur.

Pire encore : lorsque j’aborde ce sujet, je vois les consommateurs de Nespresso se braquer sur la défensive et affirmer que c’est le meilleur café qu’ils n’ont jamais bu et qu’il en vaut totalement la peine. Si seulement c’était vrai…

James Hoffman, une sommité dans le monde du café, a fait une vidéo dans laquelle il teste toutes les capsules Nespresso, je vous laisse regarder pour vous faire votre propre opinion. Spoiler alert : ce n’est pas très positif.

En fait, je l’ai souvent mentionné, je suis un amateur de café. La plupart du temps, j’achète des cafés 3e vague de torréfacteurs québécois (comme Fantôme, Cantook ou Traffic pour n’en nommer que trois) et je peux généralement avoir un excellent café pour environ 20 $ le 300 g — soit 0,07 $ par gramme. C’est donc à peine moins cher que Keurig, mais beaucoup moins que Nespresso.

Et j’insiste là dessus : je sais que je dépense trop en café, et pourtant il me revient moins cher que celui en dosette.

Si vous aimez le café Keurig ou Nespresso, et que vous trouvez que le prix est justifié, c’est tout à fait votre droit. Mais j’ai personnellement un problème à payer le double ou le triple du prix pour un moins bon produit. Et je ne vous parle même pas des conséquences environnementales.

Gillette

Le rasoir pour hommes le plus populaire est sans aucun doute le Gilette Mach 3.
Ma pharmacie vend les cartouches à 26,99 $ le paquet de 8, ce qui revient à 3,37 $ par cartouches ou 1,12 $ par lame. Et, bien sûr, les cartouches des compagnies concurrentes ne sont pas compatibles.

Pour les femmes c’est encore pire, car Gillette impose une taxe rose assez salée (11%). Les têtes de rasoir Venus à trois lames coûtent 29,99 $. Et je parle de la version de base, sans lotion. Au fait mesdames, ce sont les mêmes lames que le mach 3 et leurs têtes sont compatibles. Donc si ça ne vous dérange pas d’avoir une tête carrée plutôt qu’arrondie vous pouvez économiser 3 $ par paquet en achetant la version pour homme — elle fonctionnera avec votre manche.

Pour ma part, j’utilise généralement un rasoir droit (donc sans lames à changer) ou un rasoir de sûreté pour lequel je prends des lames coûtant 17 $ le paquet de 100. soit 0,17 $ par lame.

Bref, non seulement est-ce que Gilette vous charge 7 fois trop cher pour les lames, mais en plus, ils en profitent pour vous en ventre 3 à la fois alors qu’une seule suffit! C’est donc 21 fois trop cher. Il faut quand même reconnaître qu’il y a un certain génie dans cette stratégie.

En fait, avoir plus de lames ne veut pas dire que vous aurez un rasage de plus près. J’obtiens un bien meilleur résultat avec mon rasoir droit qu’avec n’importe lequel de ces rasoirs à cartouches jetables puisque, justement, il n’y a qu’une seule lame, sans garde, directement en contact avec la peau et m’offrant un meilleur contrôle : on ne peut pas faire un rasage de plus près que ça! C’est également plus doux pour la peau puisqu’il y a moins de lames qui frottent votre peau à chaque passage; si vous avez la peau sensible ou que vous êtes sujet aux poils incarnés, diminuer le nombre de lames pourrait grandement vous aider.

Et les imprimantes!
Encore pire que le café et les rasoirs, ce modèle d’affaires atteint son paroxysme en ce qui concerne les cartouches d’encre pour les imprimantes.

Je n’exagère pas, sur le site de Bureau en gros, il y a présentement 133 modèles de cartouches d’encre noire Canon. En ignorant les cartouches de haute capacité, il reste tout de même 97 modèles différents! Et, bien sûr, elles ne sont pas interchangeables et il vous faut le type exact pour votre modèle d’imprimante.

Je pourrais comprendre 4 ou 5 types différents de cartouches, mais 97 pour une seule compagnie ça me semble dément! Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?

Donc non seulement est-ce qu’ils rendent leurs produits incompatibles avec ceux des autres compagnies, mais en plus ils les rendent incompatibles avec leurs différents modèles d’imprimantes de sorte que si vous devez changer d’imprimante vous serez probablement obligé d’acheter de nouvelles cartouches

Et, évidemment, cela à un coût pour le consommateur. Par exemple, la cartouche d’encre PG-40 noire se vend 40,49 $ et contient 16 mL, soit 2,53 $ par mL, ce qui en fait l’un des liquides les plus dispendieux au monde. Et dire que l’on se plaint du prix de l’essence!

En comparaison, on peut facilement trouver de l’encre de remplissage d’un tierce partie pour environ 8 $ l’once ou 0,29 $ par mL — près de 9 fois moins cher. Pas étonnant que Canon fasse autant d’effort pour développer des cartouches détectant les encres de contrefaçon.

Les cartouches Canon contiennent donc parfois une puce informatique qui s’assure que l’encre contenue est bien la leur de sorte que vous ne pouvez pas les faire remplir ailleurs. Depuis quand est-ce qu’une cartouche d’encre a besoin de ce genre de puce? On s’entend, elle n’apporte rien au consommateur et, en plus, cela vient augmenter le coût de la cartouche: vous payez donc plus cher pour cela.

Mais là où on atteint un sommet est qu’en raison de la pénurie actuelle de semiconducteurs, des imprimantes canons identifient mal certaines cartouches officielles et les considèrent comme fausses. Vous ne pouvez donc même plus utiliser certaines cartouches officielles. Incroyable!

Sérieusement, je trouve ce modèle d’affaire épouvantable.

Ce ne sont pas les seuls exemples

Je ne veux pas m’étendre plus longtemps sur le sujet, mais ce modèle d’affaires se retrouve aussi abondamment en informatique (en utilisant des formats incompatibles), dans les bandelettes d’analyse des indicateurs de glycémie, dans les lentilles de caméra, les chargeurs de cellulaire, etc.

En conclusion :

Alors je récapitule : j’ai présenté 4 compagnies pratiquant «l’enfermement propriétaire».

– Keurig vend son café 3 fois plus cher.
– Nespresso (Nestlé) le vend 6 fois plus cher
– Gillette charge 7 fois le prix pour ses lames (encore plus si vous êtes une femme) et en profite pour vous en vendre 3 ou 5 à la fois lorsqu’une seule suffit, et;
– Canon vend son encre 9 fois plus cher.

On s’entend, ce genre de pratique n’est pas à l’avantage du consommateur.

C’est un peu comme les véhicules Ford n’acceptaient que de l’essence Ford et qu’ils en profitaient pour la vendre à 11 $ le litre! Si c’était le cas, j’imagine que vous n’achèteriez jamais un véhicule de cette compagnie. Pourtant, je le répète, je vois toujours une file devant la boutique Nespresso.

Comme consommateur nous n’avons pas à accepter ce genre de pratique! Dans le cas de la Keurig 2.0, elle s’est d’ailleurs retournée contre eux, ce qui démontre le pouvoir qu’ont les consommateurs.

Pour ma part, je refuse catégoriquement d’encourager chacune de ces 4 compagnies.

Un avis sur « Keurig, Gillette et Canon : l’enfermement propriétaire : »

Répondre à ptsigane Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :